T

rucs & astuces ð@              

Indice A - 16/02/13 - Ce document édité à titre purement informel n’a pas de valeur contractuelle

pour revenir sur le site cliquez sur « précédent » de la barre outil du navigateur

 

Carte bancaire

 

Une carte bancaire se compose de :

 

1 puce

1 piste

1 n° de carte (16 chiffres)

1 date de validité

1 cryptogramme

1 hologramme (rend la carte infalsifiable)

Votre nom et votre signature

Et vous possédez un code confidentiel utilisé dans les lecteurs à puces

 

La puce est utilisée par les lecteurs de cartes automatiques des magasins.

 

La piste est utilisée par des lecteurs de cartes spécifiques (péages autoroutiers), ou lecteurs nécessitant le passage de la carte dans une « glissière », ou dans certains pays n’utilisant pas les puces.

 

Le cryptogramme sert à authentifier la carte lors d’une transaction par correspondance, en plus du n° de carte et de la date de validité.

 

Lors d’un achat dans un magasin, seule la puce est lue par le lecteur automatique.

Mais le n° de carte et la date de validité sont enregistrés sur le ticket qui est gardé par la caissière. (Il ne l’est pas entièrement sur votre ticket).

Si une caissière indélicate peut lire et mémoriser votre cryptogramme, elle peut donc ensuite se servir de toutes les données en sa possession pour effectuer des achats sur Internet… (Heureusement, les caissières sont sans doute pour la plupart honnêtes, mais…)

 

Comment lire le cryptogramme ?

Tout simplement si vous lui confiez la carte pour « activer la piste » lorsque le lecteur est réticent et qu’elle prend la carte pour la frotter sur sa manche de vêtement ! (C’est fréquent, non ?...)

Ou si vous remettez votre carte au barman pour qu’il l’introduise lui-même dans le lecteur !

Ne quittez jamais votre carte des yeux, surtout ne la remettez jamais à qui que ce soit !

Notez que si le lecteur est réticent, il est parfaitement inutile de frotter la piste sur un vêtement, car le lecteur ne lit que la puce et non pas la piste. Mais allez donc essayer d’expliquer ça à une caissière… Vexations et conflit assurés !

 

Solution : Cacher le cryptogramme avec une pastille autocollante (mais il vous faut vous rappeler ce n° à 3 chiffres si vous voulez effecteur une transaction sur Internet. Notez qu’un petit morceau de scotch » électricien » décollable fera l’affaire).

Et si une caissière vous dit que c’est à cause de ça que votre carte « ne passe pas », alors tant pis pour le conflit…

 

Si vous respectez ces principes, vous diminuerez considérablement les risques de piratage de votre carte, car il paraît que les paiements par Internet ne sont pas les plus risqués.